Hier, les délégués de la chambre de commerce, d’industrie et d’agriculture de Thiès se sont réunis en  séance extraordinaire pour partager et se prononcer sur la proposition de création d’une chambre nationale de commerce, d’industrie et de service du Sénégal faite par le conseil national du patronat sénégalais.

Après lecture du document par Mme Sangharé, secrétaire général de la chambre de commerce de Thiès, l’adjoint chargé du développement du gouverneur de Thiès, Ibrahima Ismaël Ndiaye, a précisé que ce texte est une simple proposition soumise à l’appréciation des délégués de la chambre. « Donc, tout un chacun peut apprécier librement dans un sens ou dans un autre mais il est important aussi à chaque fois de faire une contre-proposition » a-t-il précisé.

Au cours du débat, tout d’abord  les délégués de la chambre de commerce de  la région de Thiès ont été étonnés de constater qu’au moment où la politique de décentralisation est renforcée au Sénégal par le chef de l’Etat à travers l’acte III qui ouvre des perspectives intéressantes avec les pôles territoriaux en point de mire, une proposition allant dans le sens de centraliser à Dakar la vie économique du Sénégal. «  Car, en voulant ravaler les anciennes chambres de commerce des régions en une simple délégation, le conseil du patronat sénégalais cherche à ravaler au rang de faire valoir le petit peuple d’acteurs économiques qui travaillent en majorité sous forme de groupement d’intérêt économique » a asséné Moustapha Diop.

Sur la même lancée, Gora Ka soutient que l’essentiel de ces groupements d’intérêts économiques sont détenus par les femmes qui constituent un rempart certain contre la pauvreté. «  Donc, en disant que les sociétés uniques à responsabilité limitées et les société  à responsabilités limitées sont éligibles, on exclut une bonne frange des acteurs économique du pays » a-t-il déclaré.

Puis, revenant sur la clef de répartition des membres de l des membres de l’assemblée générale de la chambre nationale de commerce, d’industrie et de service du Sénégal, Assane Ndiaye rappelle que Dakar est une région comme toutes les autres du pays même si elle abrite la capitale. « C’est pourquoi, je trouve inadmissible que Dakar puisse disposer de 45 membres titulaires là où les treize autres régions du pays se partagent 39, soit 3 par région. Je trouve cela irrespectueux entre autres griefs décelés dans ce document » a-t-il noté.

Pour toutes ces raisons évoquées parmi tant d’autres, les délégués vde la chambre de commerce de Thiès ont rejeté quasi à l’unanimité la proposition allant dans le sens de créer une chambre nationale de commerce, d’industrie et de service au Sénégal.

Par contre, ils ont pour le renforcement des acquis des  14 chambres régionales de commerce du Sénégal et surtout de ceux de l’union des chambres de commerce. Aux yeux des délégués de la chambre de commerce de Thiès, ce cadre unitaire consolidé devrait pouvoir coiffer le dispositif actuel en attendant l’avènement des pôles territoriaux prévus dans l’acte3 de la décentralisation.

« Au vu des interventions enregistrées au cours de l’assemblée générale extraordinaire de notre chambre, vous venez d’exprimer une position claire consistant à rejeter la création d’une chambre nationale de commerce, d’industrie et de service du Sénégal. Ceci tout en ayant conscience de la nécessité de conduire des réformes allant dans le sens de consolider l’expérience  de près de 150 ans d’histoire  de vie consulaire dans notre pays » a résumé Mamadou Diop, président de la chambre de commerce de Thiès.

Laisser un commentaire

Please enter your comment!
Entrez votre nom ici s'il vous plaît