L’association Nationale des Enseignants Spécialisés pour Aveugles « ANESA » est sorti de sa réserve pour interpeller le gouvernement sur les problèmes de l’enseignement spécialisé notamment pour non-voyants. Ils ont saisi l’opportunité d’une rencontre avec la presse tenue hier dans les locaux de l’INEFJA pour demander au gouvernement de ne pas les oublier au moment des négociations avec les partenaires de l’école. Ils ont ainsi brandi une plateforme revendicative de six points axé autour de la situation de l’enseignement spécialisé pour aveugles. Selon le président national de l’association M Souleymane Guèye, les enseignants spécialisés pour aveugles sont l’objet d’une injustice notamment dans le paiement de l’indemnité de technicité braille qui est pour eux un surplus de travail. Outre cette requête, l’association demande au ministère en charge de l’éducation d’ouvrir dans les EFI des filières de formation pour enseignants spécialisés et de faire de l’INEFJA un centre d’application permettant aux enseignants de parfaire leur formation. Par ailleurs, l’association interpelle les nouvelles autorités sur la nécessité de créer d’autres instituts régionaux de formation pour les jeunes aveugles qui se bousculent aux portent de l’INEFJA. Selon  le président national de l’association, chaque année, c’est une centaine de jeunes non-voyants venant de toutes les régions qui demandent à intégrer la seule institut de formation pour jeunes aveugles qui existe au Sénégal et qui affiche déjà le plein. A défaut de créer d’autres instituts, les membres de l’association pensent que gouvernement pourrait aussi améliorer la capacité d’acceuil de l’INEFJA avec de nouvelles constructions en attendant de nouvelles unités dans les régions. Selon M Guèye, l’idéal serait de créer un institut dans chaque région pour permettre aux élèves non-voyant d’avoir une bonne prise en charge dans leur localités respectives. Pour les membres de l’association nationale des enseignants spécialisés pour aveugles, il est temps que le gouvernement songe à évaluer l’enseignement des aveugles pour voir dans quelle mesure perfectionner le système, un système transversal qui fait appel aux domaines de compétences des ministères de la santé, de l’emploi, de l’éducation, du sport,  de la jeunesse et de la culture. Autant de ministères qui selon M Guèye, doivent se donner la main pour tirer l’INEFJA de sa précarité.

Laisser un commentaire

Please enter your comment!
Entrez votre nom ici s'il vous plaît