Thiès : les acteurs judiciaires renforcés pour la prise en charge des violences basées sur le genre

Les Violences Basées sur le Genre (VBG) connaissent une nette recrudescence au Sénégal selon les statistiques des boutiques de droits de l’Association des Juristes Sénégalaises(AJS). Rien qu’en 2016, la boutique de Pikine a enregistrée 1200 cas de VBG parmi lesquels 85% impliquent des femmes.

Selon Mme Awa Nguer Fall coordonnatrice du Projet d’Appui à la stratégie nationale pour l’Equité et l’Egalité de Genre (Pasneeg) du ministère de la femme de la famille et de l’enfance, le gros des abus atterrît à la police ou à la gendarmerie dont les agents ne sont toujours pas outillés pour  une prise en charge convenable des victimes.

D’où la pertinence d’un atelier de formation des acteurs judiciaires pour la prise en charge des VBG tenue ce 20 Avril 2017 à Thiès sur initiative du Pasneeg et du Comité Sénégalais des Droits de l’Homme CSDH. Il s’agit selon Mme Fall d’outiller les acteurs judiciaires et auxiliaires de justice pour un meilleur accueil et prise en charge des victimes de manière à encourager les dénonciations de violences.

De l’avis de M. Abdoulaye Mar coordonnateur du comité Sénégalais des droits de l’homme, deux facteurs contribuent à l’augmentation des cas de VBG au Sénégal : l’absence de formation dès le bas âge sur les dangers des violences et le manque de synergie des interventions des différents acteurs. M. Mar estime qu’il est temps que tous les acteurs se retrouvent autour d’un cadre pour une mise en commun des expériences et des stratégies.

 

Laisser un commentaire

Please enter your comment!
Entrez votre nom ici s'il vous plaît