Fruits de saison : la mangue, un concentré de bienfaits    

La mangue est le fruit tropical le plus consommé au monde après la banane. Sa délicieuse chair orangée et juteuse est une bonne source de fibres et de vitamine C. Elle aurait un potentiel anticancéreux, notamment grâce à son contenu en antioxydants. L’effet anti-cancer de la mangue s’explique par son contenu en polyphénols.

Ses composés : La mangue, de même que la goyave, se démarque des autres fruits tropicaux par son contenu élevé en polyphénols (ou composés phénoliques) qui se retrouvent dans les aliments d’origine végétale. Leur capacité anti-oxydante protège les cellules du corps des dommages causés par les radicaux libres. Ils diminuent le risque d’apparition de plusieurs maladies. La mangue contient également de la mangiférine et des gallotannins ainsi que des tannins. Ces 3 composés seraient toutefois présents en proportion beaucoup plus importante dans le noyau et la pelure du fruit.

Deux : Caroténoïdes : Les principaux caroténoïdes de la mangue sont le bêta-carotène et la violaxanthine. Ces pigments aux propriétés anti oxydantes confèrent une couleur rouge orangé aux aliments qui en contiennent une grande quantité, comme la mangue. Dans certaines variétés de mangues, le bêta-carotène, compterait pour de 20 % à presque 100 % des caroténoïdes totaux. Le bêta-carotène est un précurseur important de la vitamine A dans l’organisme. Cependant, les différentes variétés de mangue de même que le stade de mûrissement influencent grandement les quantités de ces caroténoïdes. Une étude a démontré que la mangue mûre a une activité anti oxydante plus élevée que le fruit non mûr. La mangue contient également d’autres types de caroténoïdes, comme la bêta-cryptoxanthine mais en moindre quantité.

Fibres solubles : La partie comestible de la mangue contient des fibres, dont la moitié sont des fibres solubles. Leur proportion tend à augmenter avec le mûrissement du fruit. Les fibres solubles contribuent à diminuer les risques de maladies cardiovasculaires grâce à leur capacité à réduire le cholestérol sanguin. La majorité des fibres solubles de la mangue se présentent sous forme de pectine en quantité comparable à celle de la pomme ou de la banane, 2 fruits reconnus pour leur teneur élevée en pectine.

La pelure et le noyau aussi utile que la chair : La pelure et le noyau de la mangue représentent respectivement environ 25 % et 20 % du poids du fruit. Au lieu d’être jetées, ces parties pourraient être utiles pour l’industrie alimentaire. La pelure de la mangue est reconnue comme une source de pectine de haute qualité. Les composés phénoliques qu’elle contient permettent également de l’utiliser comme antioxydant naturel. Le noyau, quant à lui, possède aussi des propriétés anti-oxydantes. Il constitue de plus une source d’huile comestible, d’amidon et de farine.

Un délicieux dessert : le « smoothie  » à la mangue

 

Ingrédients : une mangue bien mure, deux petits pots du yaourt de votre choix, un pot de lait type gloria, sucre, sucre vanille, fleur d’oranger

Dans un mixer, mettez la chair de mangue coupée en dés, le yaourt, le sucre, le sucre vanille et un filet de fleur d’oranger et mixez. Versez le lait Gloria et quelques glaçons jusqu’à obtenir la consistance de votre choix et mixez à nouveau.

Servez avec une feuille de menthe pour décorer et dégustez. Que du bonheur. 

Laisser un commentaire

Please enter your comment!
Entrez votre nom ici s'il vous plaît