Me Pape Alioune Sy de la  Convergence patriotique/Caddu Askanwi à Tivaouane ,un combattant pour la dignité de l’Homme

Fils de l’ancien coordonnateur régional de la Cdp/Garab Gi du professeur Iba Der Thiam de 1992 à 2006, la jeune pousse, Pape Alioune Sy était déjà atteint par le virus de la politique dans le cercle familial. Cela s’est passé entre 13 et 16 ans. Ainsi, après son admission au Cem Khalifa Ababacar Sy à Tivaouane à la suite de son ticket  obtenu à l’entrée en sixième, il intégra très vite le mouvement associatif scolaire à travers le foyer socio-éducatif dont il fut un leader.

Le brevet de fin d’études moyennes en poche, Pape Alioune Sy dépose ses baluchons au lycée Mourade Ndaw de Mékhé où il occupa le poste de vice-président de l’amical du foyer jusqu’à sa réussite au baccalauréat qui lui ouvrit ls portes de la faculté des sciences juridiques de l’Université Cheilkh Anta Diop de Dakar. Là, aussi, il fut élu délégué de la faculté et dirigea le mouvement des étudiants ressortissants de Tivaouane pendant quatre années.

Sa maîtrise en droit en poche en 2008, celui qui a dans son enfance arpenté les rues de sa Tivaouane natale à a recherche de la pitance durant quatre années d’apprentissage du Coran, a décroché un Master II en Citoyenneté droit de l’Homme et action humanitaire. Titulaire  d’une licence en gestion des ressources humaines e d’un Master en ménagement à l’Institut  Big Soft de Rabah au Maroc, Me Pape Alioune Sy a créé sa propre entreprise  au Sénégal qu’il gère.

Sympathisant du parti démocratique sénégalais en 2000, dix après il en fut un militant actif pendant une année puis y gela se activités politiques parce que n’étant plus en phase dans la démarche. Et ce n’est qu’en décembre dernier qu’il s’engagea dans l’Union des centristes du Sénégal. Son parti étant membre de la coalition convergence patriotique/Caddu Askanwi, Pape Alioune Sy en est la tête de liste pour les législatives dans le département de Tivaouane.

Plus connu sous le nom d’Alé Yacine Sy dans les quartiers El Hadlji Malick Sy où il a vu le jour, Dialo où il a grandi et Keur Matar où il réside chez ses parents, il travaille à son rythme, sans tambours ni trompettes, auprès des jeunes qui ont compris que le Sénégal ne peut être changé par des candidats ou des élus mais plutôt par tous les  citoyens et particulièrement les jeunes. Très convaincu du fait que la vie des jeunes appartient au pays, il faut se battre pour son développement mais dans la discipline, le respect, le travail puisque rien ne peut se faire sans la jeunesse..

Laisser un commentaire

Please enter your comment!
Entrez votre nom ici s'il vous plaît