Après les gilets et casques de sécurité l’association des conducteurs de moto Jakarta avec son partenaire Jarra SARL, de concert avec le ministre des transports  comptent mettre en circulation à Thiès des motos tricycle.

En effet, après les motos Jakarta et la cascade de blessés graves et de morts qu’elles ont causé, la mise en circulation de ces motos tricycle serait perçue comme une commercialisation de la mort chez les jeunes, dont la conduite sur les motos Jakarta est fortement réprimée, se désole Aicha Sow, élève en classe de terminale au lycée de Fahu.

Selon Outhmane Diagne, Etudiant en droit à l’Université Cheikh Anta DIOP de Dakar, l’Etat a failli à sa politique de cinq cent mille emplois, alors il compte divertir les populations. Il ajoute : « ces motos tricycle ne peuvent rien changer au paysage du transport Thiessois qui compte des taxis, les bus Tatas, les clandos et les Jakarta qui desservent toutes les localités de Thiès.

Les motos Jakarta ont déjà causé la misère à Thiès poussant plusieurs jeunes à abandonner leurs études et qui plus est, arrache chaque jour des bras valides à l’affection de leurs parents qui déjà peinent à assurer la dépense quotidienne, la conjoncture obligeant.

Amadou Lamine Séne trouvé à la banque, tasse de café à la main pense qu’accepter ces motos tricycle, c’est héberger les démons de la mort dans la capitale du rail.

Mouhamed DIOP

Laisser un commentaire

Please enter your comment!
Entrez votre nom ici s'il vous plaît