La société africaine de raffinage (SAR) importe et raffine du pétrole brut. Elle approvisionne le marché sénégalais en gaz butane, kérosène, gasoil, essence, fuel, ou encore diésel. Est-il normale d’installer une société aussi stratégique dans une polémique sou tendue par des velléités politiciennes ?
Créée en 1961 par le gouvernement du Sénégal, la société africaine de raffinage est détenue par l’Etat du Sénégal (46%), Locafrique qui a racheté les 34% du groupe Saudi Binladin Group et le groupe français total (20%).
Locafrique dirigé par un acteur connu dans le milieu politique, en occurrence Samuel Sarr veut être actionnaire majoritaire, l’actuel directeur général, Omar Diop, également acteur du jeu politique veut rester à la tête de la SAR.
Et la polémique politique s’installe. Les partisans de l’actuel directeur général dénoncent une tentative d’accaparement de la SAR par des adversaires politiques.

Laisser un commentaire

Please enter your comment!
Entrez votre nom ici s'il vous plaît