Le Sénégal, un pays d’incivisme et d’indiscipliné ???
Faire des murs des édifices publics un urinoir, le non-respect des institutions de la République, une indiscipline notoire dans la circulation routière mais également des congénères l’injure à la bouche qui s’acharnent contre nos dirigeants et chefs religieux sur la toile sans punition aucune , entre autres, voilà le lot journalier de la majeure partie des Sénégalais.
En effet, l’indiscipline au Sénégal se manifeste de deux manières, celle du commun des Sénégalais qui peut être contrôlée par un ou deux agents des forces de l’ordre, mais la plus grave est l’indiscipline de nos dirigeants poussés vers l’arrogance par le pouvoir ou par l’argent. Et ce qui est dommage c’est le fait que les agents qui doivent les contrôler sont sous leur tutelle.
Et comme impuissante face à ces fléaux qui surplombent le développement du pays, la justice semble faire la sourde oreille face à cette situation qui, pourtant, pourrait être circonscrite sans délai par un décret dont l’application serait immédiate. Parce qu’il faut le dire, la majorité des décisions de nos leaders souffrent d’une application stricte et sans tolérance. Ce qui fait que beaucoup de nos leaders ont perdu leur légitimité face à une population en quête de liberté absolue.
Il est devenu coutumier, de voir des hommes et des femmes tout âge confondu assouvir leur besoin naturel sous les murs et même l’inscription «défense d’uriner» ne les empêchent pas de faire leur besogne.
Internet, bien que trop important dans la vie des populations est sujette à une cybercriminalité sans précédent. En fait, des individus malintentionnés se servent de cet outils pour tenir des propos injurieux à l’endroit de personnalités respectables qui ont tout donné à ce pays. Les exemples ne manquent pas.
Le Sénégal est un pays où le «Jom et le foula» sont en déperdition, laissant la place à un langage effronté tel que «yaye bagne, may nangou» ou encore «yakoy dagaté»,,,, Des expressions avides de sens qui font évoluer le pays à contre sens. Une société où le soutoura qui symbolise les aïeux est foulé aux pieds par une population victime d’une assimilation et d’un déracinement accru, l’avenir de ce pays préoccupe au plus haut point, car comme le dit l’adage, dit moi quelle jeunesse tu as, je te dirai quel pays tu seras».
Mouhamed DIOP

Laisser un commentaire

Please enter your comment!
Entrez votre nom ici s'il vous plaît