Procès de Khalifa Sall: La guerre des mots entre avocats
Pas d’avancement dans le procès de Khalifa Sall concernant l’affaire de la caisse d’avance. En effet, les tenants du dossier ne sont pas encore entrés dans les débats de fond car les conseils du maire de Dakar ont refusé la constitution comme partie civile de l’état du Sénégal.
Les avocats du maire de Dakar qui se sont vus refusé la constitution comme partie civile, hier, ont renvoyé la balle aux autorités de l’état du Sénegal, citant les textes de la constitution qui étaient leur thèse.
« L’Etat n’a reçu aucun préjudice et les fonds ne sont pas des fonds publiques mais plutôt des deniers de la mairie de Dakar, donc l’Etat ne peut pas à la fois être partie civile, commettre des avocats et qui plus est plaider pour lui-même» a estimé maître Ndeye Fatou Touré.
De ce fait, les avocats du premier magistrat de la ville de Dakar ont refusé la présence de Maître Antoine Diome, comme représentant l’état du Sénégal.
Dans sa prise de parole, Me El Hadji Diouf a causé l’ire des représentants de l’état qu’il a taxés de maquisards (des étudiants qui courraient derrière les professeurs pour avoir des notes). Une assertion qui a causé le mécontentement des conseils de l’état du sénégal. Ces derniers ont invité Me Diouf à faire fi des paroles agressives qui peuvent ouvrir la voie à des situations beaucoup plus compromettantes.
Me El Hadji Diouf a également accusé les autorités de l’Etat du Sénégal de complot sur la personne de Khalifa Sall : « vous ne faites qu’exécuter les ordres des autorités de l’état du Sénégal, c’est à dire liquider un adversaire politique» puis il continue « l’immixtion de l’état dans le dossier montre clairement que la justice roule à deux vitesses».
Pour rappel, Khalifa Sall et ses sept co-inculpés sont poursuivis pour quatre chef d’accusations notamment, détournement de deniers publics, association de malfaiteurs, faux et usages de faux, et blanchiment de capitaux.
Mouhamed Diop

Laisser un commentaire

Please enter your comment!
Entrez votre nom ici s'il vous plaît