La chronique de Doudou
G6+1, Trump fait tomber les masques
Le sommet du groupe des sept, communément appelé G7, où des économies les plus fortes du monde se retrouvent pour harmoniser leur position ou leurs stratégies économiques afin de mieux contrôler la marche de l’Economie mondiale est en zone de turbulence. Ce qui était devenu, ces dernières années, avec Barack Obama à la tête des Etats Unis d’Amérique une certitude dans leur élan de domination par la voie de la mondialisation est entrain de tanguer comme un bateau en pleine tempête. Et ceci, depuis l’avènement de Donald Trump, tel un éléphant dans un tour en porcelaine dévaste leur ordre économique mondial dans lequel, le géant américain, par son chef actuel ne se reconnaît plus, au vu des actes qu’il ne cesse de poser au sein du G7.
En lançant aux européens (France, Allemagne, Italie), au Canada et  Japon, le choix d’une guerre économique sans quartier au profit de l’économie de son pays en faisant fi de leurs états d’âme, Donald Trump est entrain de pousser les européens, anciennes puissances colonisatrices encore exploitantes de leurs anciennes colonies « indépendantes » à se serrer les coudes ; au risque d’être mis au pas par le président américain qui a l’œil rivé exclusivement sur les intérêts de son pays. L’exaspération du Canada , le ras-le-bol du Japon et l’étonnement des européens face au rejet par Trump du communiqué final du sommet, tiré par les cheveux pour sauver les meubles à travers un « twit », les pays africains sont tout aussi interpelés.
Car, les pays européens du G6 + 1 comme le stipulent avec ironie les autorités américaines, piqués au vif, sont entrain de se serrer davantage les coudes et se préparer à une éventuelle guerre économique déclarée à plusieurs reprises par Donald Trump. Comme les Etats n’ont pas d’amis mais que des intérêts ; l’attitude prise par la France, l’Allemagne et autres pour défendre leurs économies, devrait inspirer tous les présidents des républiques africaines à faire preuve du même patriotisme à chaque fois que ces mêmes pays européens leur imposent leur volonté économique au détriment de celle des pays africains. A défaut, les pays africains resteront toujours les dernières roues de la charrette économique du monde car, traiter par les pays européens comme leurs territoires d’outre-mer.

Laisser un commentaire

Please enter your comment!
Entrez votre nom ici s'il vous plaît