Le premier ministre canadien et le président français ont dénoncé l’offensive protectionniste de Washington, la veille du sommet du G7, qui se tient au Canada à partir de vendredi.
Faire bloc face à Donald Trump sans transiger sur les désaccords mais en évitant une rupture. Ainsi pouvait se résumer la stratégie du président français, Emmanuel Macron, à la veille de l’ouverture du sommet du G7, les 8 et 9 juin à La Malbaie, à 150 kilomètres de Québec. L’atmosphère, alourdie par le début de guerre commerciale entre les Etats-Unis et ses partenaires, est si tendue que les observateurs n’écartent pas une annulation de dernière minute de la venue du très imprévisible président américain.
Le président français veut voir dans les différends transatlantiques – sur le commerce, l’Iran ou le climat – l’opportunité d’une solidarité européenne renouvelée. « Le comportement américain recrée des alliances et reforge le front européen », a expliqué Emmanuel Macron en s’entretenant avec un petit groupe de journalistes.
Le chef de l’Etat a annoncé « avoir lancé une réunion de tous les dirigeants européens » présents au Canada – la chancelière allemande, Angela Merkel, la première ministre britannique, Theresa May, et le nouveau chef du gouvernement italien, Giuseppe Conte – juste avant l’ouverture du sommet. Le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, et le président du Conseil européen, Donald Tusk, assisteront également à la rencontre. « Une guerre commerciale n’est bonne pour personne », assure M. Macron.
L’initiative française a été coordonnée avec le premier ministre canadien, Justin Trudeau, dont le pays préside cette année le G7 qui, outre les Etats-Unis et les quatre européens, réunit le Canada et le Japon. Sur le dossier du nucléaire iranien comme sur le climat ou dans leur opposition à la décision américaine d’imposer des taxes à l’entrée aux Etats-Unis d’acier et d’aluminium des pays européens, les six autres membres du G7 sont à l’unisson. Même le Japon, plus discret, dénonce l’attitude américaine.
Sources : Monde.fr avec AFP

Laisser un commentaire

Please enter your comment!
Entrez votre nom ici s'il vous plaît