Chronique de Doudou
Opération de débauchage de politiciens à Thiès, un couteau à double tranchant
A quelques cinq mois du premier tour du scrutin présidentiel du 24 février prochain, le pouvoir du candidat sortant Macky Sall a lancé une vaste opération de débauchage dans les rangs de l’opposition à Thiès. Des actes posés par le camp de Siré Dia, directeur général de La Poste, par l’intermédiaire de ses bras politiques armés.
La plus récente prise, celle du quatrième adjointe au maire de la commune de Thiès-Est, Amy Collé Diouf dont les « convictions » ne collent plus avec celles de son ancien parti, le Rewmi, soutient détenir la clef de la victoire au centre témoin de l’école Moda Kane à Cité Lamy.
Au même moment, un coup de fil du candidat sortant à une grosse cylindrée de l’opposition à Thiès a circulé et certainement dans les prochains jours, des masques pourraient tomber.
Dans ces cas de figure, l’effet d’annonce recherché pour corroborer les soupçons de coups fourrés, craint par l’opposition, pour ne pas dire de « coup d’Etat rampant » comme théorisé par un Troskyste du pouvoir de Macky Sall qui a cheminé à ses côtés sous le régime du président Wade, semble fondé.
Ce remake dans l’approche au sein du landerneau politique thiessois sous Abdou Diouf, Abdoulaye Wade, n’a jamais apporté les fruits escomptés. Aujourd’hui, le candidat Macky Sall et ses stratèges politiques sont engagés dans la même voie, tout en sachant de ce qui est advenu pour les deux premiers candidats cités, à l’issue du scrutin.
Le peuple de Thiès qui se débat dans des difficultés énormes, faute d’avoir toujours choisi d’exprimer de façon libre et démocratique sa citoyenneté dans les urnes, est-il prêt à renoncer à son ambition pour diriger le Sénégal ? En tout cas, au vu du nombre de candidats à la candidature, natifs de Thiès, la question mérite bien d’être posée.

Laisser un commentaire

Please enter your comment!
Entrez votre nom ici s'il vous plaît